Voguons : de la Baltique aux rives du Danube

Après l’espoir de paix qui concluait notre spectacle d’« Any questions », ECUME a décidé d’être résolument optimiste, et de célébrer en 2017 un monde nouveau, inexploré par elle pendant ses 20 ans d’existence, un monde aux accents tour à tour rêveurs ou toniques, suivant l’axe géographique de son Odyssée. Partir de la mer baltique pour rejoindre les rives du Danube, va nous faire parcourir des contrées diverses, Norvège, Finlande, Lituanie… pour enfin atteindre la Hongrie, et la République tchèque, autant d’univers baignés par une solide tradition populaire souvent garante d’une musique savante de qualité. La musique des pays nordiques où les nuits d’hiver sont longues, où les espaces ont quelque chose d’infini, est empreinte d’une certaine rêverie : Edward Grieg, le Maître de tous, Ola Gjeilo, le benjamin du navire, Miskinis et Montyjarvi les capitaines contemporains, aux harmonies planantes. La musique des pays slaves, quant à elle, soutient depuis la nuit des temps, aussi bien les travaux des champs que les fêtes villageoises ou encore les aspirations au sacré. La voix était leur moyen de résistance, le seul espace de liberté où le peuple pouvait s’exprimer. Ce qu’il ne pouvait pas dire, il le chantait : Béla Bartok aux racines magnifiées, Léos Janacek au discours subtil, Zdenek Lukas aux accents rythmiques dansants.